Aider son enfant à s'orienter

10 conseils pour aider son enfant à s’orienter

#jemoriente – Episode 2
 

Vers quoi s’orienter après le bac ? Les inscriptions APB sont lancées et tu ne sais pas encore quelle voie choisir ? Pas de panique ! Groupe Réussite te propose une série d’articles #jemoriente afin de t’aider à faire tes choix au cours de ce mois-« challenge ». Ce second article est destinés à 87% des parents d’élèves. Qui sont ces 87% ? Il s’agit des parents qui s’inquiètent pour l’orientation de leur enfant, et veulent l’aider à faire les « bons » choix. Voici 10 conseils pour aider son enfant à s’orienter.   

 

1- Se renseigner sur APB et les filières possibles

L’orientation post-bac actuelle n’a rien à voir avec celle que les parents ont connue. Les écoles se sont multipliées et diversifiées. Les modes d’admission ont changé avec notamment l’apparition d’APB. Les établissements tentent de répondre aux enjeux du monde contemporain en s’internationalisant et en formant leurs étudiants à l’avènement du numérique. Chaque jour, de nouveaux métiers se créent, rendant ainsi désuète la notion de projet professionnel… C’est pourquoi, afin d’aider son enfant à s’orienter, il faut d’abord s’informer sur les modalités d’APB, et sur les diverses formations post-bac possibles. Pour cela, rendez vous à des Salons Etudiants, aux portes ouvertes des établissements, ou tout simplement sur leur site Internet ! Se renseigner sur les formations post-bac

 

2- (Faire) poser les bonnes questions

Pour aborder sereinement la question du post-bac, vous pouvez présenter les questions suivantes à votre enfant, et même l’aider à y répondre :

  • quelles sont mes passions ?
  • comment j’estime mon dossier scolaire ?
  • ai-je un projet professionnel défini ?
  • quel genre d’étude je souhaite faire ?
  • quelles sont mes forces et mes faiblesses ?
  • quels sacrifices je suis prêt à faire ?
Ces questions permettent à tout élève d’évaluer son profil et à tout parent d’aider son enfant à s’orienter. Il peut être intéressant de proposer à des personnes différentes de s’adresser à son enfant pour poser ce genre de questions.

3- Proposer… et non imposer

30% des jeunes admettent avoir été victimes des rêves brisés de leurs parents au moment de faire leurs choix d’orientation. Souvent les parents se plaisent à imaginer leurs enfants marcher dans leurs pas ou réaliser les objectifs qu’eux-mêmes n’ont pas réussis à atteindre. Pourtant, l’orientation post-bac n’est pas génétique ! Chaque parent a son mot à dire pour aider son enfant à s’orienter. Cependant, toute la nuance réside dans la proposition et non dans l’imposition. Ces propositions peuvent provenir de ses notes au lycée, de son appétence à la difficulté ou encore de ce qu’il fait avec facilité. Pensez bien au domaine (scientifique, technologique, économique médical,…) et au type de cursus (filière sélective ou non).

 

4- Accepter la mobilité

Ah ! Qu’il peut être dur de laisser son enfant quitter le nid familial ! Pourtant, même s’il est tentant de retarder au maximum le grand départ, il faut savoir accepter ce sacrifice s’il sert une belle opportunité pour son enfant. Cette opportunité peut être de rejoindre une classe préparatoire dans un lycée prestigieux à Paris, de choisir une filière de Sciences Po dans une ville de province, ou tout simplement rejoindre un cursus qui n’existe pas dans sa ville. Dans tous les cas, l’écoute est primordiale pour bien évaluer la motivation de l’enfant et l’aider à trouver son équilibre. Il s’agit donc, dans la mesure du possible, de le laisser libre de quitter ou non sa famille.

 

5- Donner de l’autonomie

Les études post-bac sont souvent l’occasion pour les étudiants de gagner en autonomie vis-à-vis de leurs parents. Cette autonomie peut déjà se manifester au moment des choix d’orientation sur APB. Mais laisser son enfant autonome, ce n’est pas lui donner la clef des champs ! C’est au contraire l’aider à s’orienter en lui donnant un cadre pour réfléchir et en lui faisant part de réalités concrètes (professionnelles, financières…) dont il n’a parfois pas conscience. Cette étape est importante pour des étudiants de terminale qui n’ont pas tous la même maturité. Si les propositions d’orientation qui lui sont faites ne semblent pas lui plaire, n’hésitez pas à le mettre en responsabilité de proposer des alternatives. Si possible, donnez lui un temps défini et proposez lui des sources d’informations complémentaires.

APB terminale

6- Mettre le dialogue au centre de la décision

Dans beaucoup de foyers, parents et enfant entretiennent des relations conflictuelles, et celles-ci atteignent souvent leur point critique lorsqu’il s’agit de déterminer l’orientation post-bac du jeune. Ceci arrive notamment lorsque l’étudiant de terminale propose un cursus qui est en décalage par rapport aux attentes des parents. Le risque le plus grand est que le dialogue soit brisé et que ce soit l’une des deux parties qui cherche à remporter la victoire. Dans tous les cas, le dialogue doit être d’autant plus présent si parents et enfant sont en désaccord sur l’orientation de ce dernier. Gardons à l’esprit qu’écoute, confiance et bienveillance sont les clefs pour aider son enfant à s’orienter et à s’épanouir dans ses choix.

 

7- Faire appel à un conseiller d’orientation

Le conseiller d’orientation peut se révéler être d’un grand secours pour élèves et parents qui n’arrivent pas à s’entendre sur une orientation post-bac. Le conseiller aiguille l’élève vers une formation qui correspond au mieux à la personne de celui-ci. Même s’il faut savoir prendre du recul face à ses conseils, ce qu’il faut surtout retenir c’est l’analyse du profil de l’élève que le conseiller aura réalisée. C’est elle qui donnera à l’élève les clefs pour l’aider à faire ses choix d’orientation.

 

8- Encourager au travail

Parents, vous n’avez pas seulement un rôle à jouer dans l’aide à l’orientation de votre enfant. Soigner un dossier scolaire est, pour l’élève, un travail de longue haleine qui nécessite appui et soutien quotidien des parents. Soyez présents : décrocher un bon dossier scolaire est un lourd challenge pour les élèves et parfois un ou deux points en mathématiques peuvent faire la différence. L’accompagnement peut aussi passer par l’offre de cours particuliers ou de stages intensifs si le besoin s’en fait sentir.

 

9- Etre souple et à l’écoute en cas d’itinéraire sinueux

Cela arrive, parfois les jeunes se trompent d’orientation. Mais il ne faut pas oublier que l’orientation n’est pas un itinéraire figé et sans retour. Quelle que soit la formation attribuée sur APB, il existe toujours des passerelles pour bifurquer dans son orientation. Ce n’est pas toujours évident à vivre pour les étudiants concernés. Parents, à vous alors de faire preuve d’écoute et de souplesse pour guider ou soutenir votre enfant dans ses choix.

 

10- Transmettre des valeurs

Enfin, aider son enfant à s’orienter et à réaliser son parcours, c’est aussi lui transmettre des valeurs et des comportements qui lui serviront à tout âge. Que ce soit la ponctualité, l’organisation ou le rythme de vie sain, tout est bon à prendre ! Ce sont tous ces éléments qui vont lui permettre de se sentir bien dans cette nouvelle étape de sa vie.

 

Dans le prochain épisode #jemoriente… Témoignages d’étudiants au profil scientifique, qui ont choisi la prépa, l’université ou une école post-bac !