Orientation post-bac et Parcoursup : les questions à se poser

réfléchir

Orientation et Parcoursup : les questions à se poser

Les vacances de Noël commencent en fin de semaine, les élèves de terminale ont de nombreux challenges à gérer. Alors que la plupart commenceront à réviser pour le bac, que ce soit dans leur salon devant un feu de cheminée, ou avec un stage intensif, leur orientation n’est pas leur priorité et c’est un tort.

Les admissions post-bac débuteront le 20 janvier (calendrier Parcoursup officiel), il est donc grand temps pour les élèves de se poser les bonnes questions concernant leur orientation.

Par manque de temps, de motivation ou simplement car ils ne savent pas par quoi commencer, un trop grand nombre d’élèves mettent le sujet de leur orientation de côté et se ferment ainsi de nombreuses portes.

Que l’on soit en filière scientifique ou économique, de nombreux débouchés s’offrent aux futurs bacheliers. Les terminales S peuvent aussi espérer devenir ingénieur, médecin ou travailler dans le monde commercial. Les terminale ES peuvent également profiter de la plupart des cursus, économiques, littéraires, commerciaux, linguistiques…. Le choix est quasi illimité pour ces élèves. Le problème qui se pose est alors : quelle filière choisir pour l’orientation post-bac ?

« Connais toi toi-même»

connais toi toi même

Sans partir dans un débat philosophique, se connaitre soi-même est la première approche pour définir au mieux son avenir. En effet, les parents ou les professeurs peuvent guider les élèves vers des voies élitistes ou qu’ils pensent leur correspondre, mais personne ne sait mieux que l’élève ce qu’il peut et souhaite faire. Voici 5 questions clés à se poser afin d’établir un premier bilan :

Quelle profession je souhaite faire ?

La première étape est bien évidemment de se demander si un métier, ou un domaine nous intéresse. Certains ont un projet fixé depuis plusieurs mois, voire des années. Ils souhaitent devenir médecin, ingénieur, avocat, travailler dans la politique ou ouvrir une boutique… Les élèves qui sont déjà certains de leur futur métier vont ainsi se destiner à des études spécifiques. Il faut bien se renseigner quant aux formalités d’adhésion ; toutefois, les choix sont largement réduits.

La question de l’orientation se pose rarement pour ces élèves. Les conseils suivants sont destinés aux élèves n’ayant pas de réponses à cette première question.

Quel genre d’étude je souhaite faire ?

Avant de savoir vers quel domaine d’étude se tourner, il faut identifier le genre d’étude que l’on souhaite réaliser, parmi les différentes options proposées après le bac. Des études courtes, comme le BTS, le DUT sont très professionnalisant. Toutefois, ces études ne délivrent qu’un Bac+2, qui ne correspond pas à la norme des L3.

Des études longues ? Le choix est tout de suite plus varié : université, écoles post bac, classes prépa ?

L’université et les écoles post bac délivrent un diplôme du Bac+3 au Bac+5 (voire Bac +8) et les classes prépas permettent d’intégrer une grande école et ainsi prétendre à un grade de master.

Les élèves doivent ainsi se demander s’ils sont prêts à continuer leurs études pour une longue durée, ou s’ils souhaitent rapidement aller travailler.

NB : il faut savoir que dans les écoles post bac ou post prépa, la filière apprentissage est en plein développement, les élèves se professionnalisent et s’assurent même souvent un premier emploi qualifié.

Quelles sont mes forces, mes faiblesses ?

En classe de terminale, les élèves n’ont encore aucune expérience du monde du travail. Il faut qu’ils jugent leurs forces et faiblesses en fonction de leur parcours scolaire. Quelles sont les matières où l’élève réussit ? Où a-t-il des difficultés ? Par exemple, un élève très bon en maths réussira à peu près partout. S’il a des difficultés, les classes prépa sont à déconseiller, de même que le cursus d’ingénieur…

Il faut privilégier les études qui donnent de l’importance aux matières où l’on réussit. En effet, même si les matières ne déterminent pas le métier de l’élève, elles déterminent le moyen d’y accéder. De même, si vous êtes un passionné en politique ou en histoire, privilégiez les filières où vous vous épanouirez et où vous pourrez briller.

Et surtout, ne soyez pas trop ambitieux. Une classe prépa au lieu d’une école post-bac ou d’une licence n’est pas une solution à prendre à la légère. En effet, si vous n’avez pas le niveau, vous perdrez votre temps et votre motivation.

Quelles sont mes qualités, mes défauts ?

Après avoir évalué ses capacités intellectuelles, il faut se demander quelles sont ses qualités et ses défauts. Suis-je quelqu’un qui préfère travailler seul, ou je préfère les travaux de groupe ? Les TPE en fin de première peuvent aider les élèves à visualiser leur capacité de travail en équipe.

Les élèves doivent aussi se demander s’ils savent travailler en autonomie, ou s’ils ont besoin d’un encadrement précis. Enfin, les études supérieures laissent souvent place à une certaine liberté, habiter seul, loin de sa famille, de ses repères. Les élèves doivent évaluer leur capacité d’organisation, de gestion.

Toutes ces questions permettent de faire un écrémage des cursus. En effet, l’université demande une volonté de travail et une autonomie. Les écoles demandent un esprit d’équipe et d’initiative. Les classes prépa quant à elles demandent un moral de fer, une compétitivité, beaucoup de travail mais procurent un accompagnement efficace de la part des professeurs.

Quels sacrifices je suis prêt(e) à faire ?

Enfin, la dernière question à se poser afin de concrétiser ses choix sur APB concerne sa capacité à faire des sacrifices.

Le lycée, et en particulier la terminale ne demandent pas une quantité de travail excessive au regard des études supérieures. Les élèves vont devoir se responsabiliser, travailler non plus avec l’objectif d’obtenir le bac, mais dans l’objectif d’obtenir un diplôme qui déterminera leur travail pour les années à venir. Les cours ne sont pas prodigués de la même manière, vous ne serez qu’un étudiant parmi des centaines d’autres. Il va potentiellement falloir faire des sacrifices concernant sa vie personnelle : moins de temps pour voir ses amis, être loin de sa famille, s’intégrer dans un nouveau monde…

Certains cursus, tels que les filières sélectives notamment, demandent dans une certaine mesure de mettre entre parenthèse sa vie personnelle.

Après avoir répondu à ces questions, les élèves ont déjà écrémé un certain nombre de choix. Ils seront donc plus aptes à utiliser le portail des admissions post-bac.


APB : les formalités

apb formalités

Les admissions post bac commencent dès le 20 janvier 2017. Les élèves vont devoir sélectionner leurs choix et les classer. APB  s’organise en trois étapes.

Etape 1 : la préparation

Après s’être posé les questions ci-dessus, chaque élève doit se renseigner plus spécifiquement et de manière rigoureuse. De nombreux salons sont organisés entre novembre et juin. De plus, se renseigner permet de ne pas passer à côté de certaines formations spécialisées ou spécifiques, qui ne sont pas disponibles sur le portail APB.

Etape 2 : l’inscription

Les élèves doivent inscrire leur « profil » sur le portail APB. Leurs bulletins de note sont ainsi mis en ligne et seront accessibles aux établissements auxquels ils ont candidaté.

Etape 3 : l’organisation

Après avoir bien réfléchi à leur orientation et au cursus qu’ils veulent suivre, les élèves ont entre le 20 janvier et le 20 mars pour renseigner leurs vœux et les classer par ordre de préférence. Il faut bien comprendre que si le premier vœu est validé, tous les autres vœux sont automatiquement supprimés. La hiérarchisation est donc très importante. Rien ne sert de mettre des vœux « inatteignables » en première place, ni de mettre des vœux de « sûreté » au début, car les chances d’atteindre vos choix de préférences sont faussées.

Comment sélectionner et organiser ses choix sur APB ?

Les élèves ont la possibilité de renseigner jusqu’à 24 choix. Les différents cursus sont classés par catégories : licences, écoles post-bac, classes préparatoires… Les élèves peuvent mettre jusqu’à 12 vœux par catégorie.

Toutefois, certaines restrictions sont mises en place depuis 2016.

En effet, les différentes filières sont organisées autour du principe de pastille. Une pastille verte, qui correspond à l’université de secteur où l’élève est certain d’avoir une place. Les pastilles bleues, concernant les filières sélectives et où les élèves du secteur ne sont pas prioritaires. Pour les filières universitaires les plus demandées, comme le droit, la médecine et STAPS, une pastille jaune est utilisée.

Les élèves sont obligés de sélectionner un vœu qualifié par une pastille verte. Les vœux qualifiés par une pastille jaune regroupent les différentes universités du secteur qui délivrent ce cursus, et ne comptent que pour un seul et unique vœu.

Après avoir classé leurs vœux, les élèves recevront les premières réponses d’admission APB le 8 juin 2017. Il y a trois phases d’admissions jusqu’au 19 juillet, puis une phase d’admission complémentaire au mois de septembre.

Partager l'article sur :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google

Vous devriez également aimer

Fermer le menu
Avis Google: 4,9 sur 5 pour 207 avis.

PrepApp

Application mobile gratuite pour préparer le bac en terminale S 🏆

Travaillez où et quand vous voulez grâce à notre application déjà utilisée par plus de 5 000 élèves en France.